IFALP – Initiative pour une harmonisation des prévisions sur le danger d’avalanches à l’échelle des Alpes

Les frontières n’existent que dans notre esprit.

Imaginons, que entre trois copains nous nous trouvons au sommet du Mont Dolent. Tout en étant côte à côte, nous sommes dans trois pays: l’un en Suisse, un autre en Italie, le troisième en France. Selon la direction que nous nous orientons, trois prévisions d’avalanche s’appliquent. Le SLF en Suisse parle d’un niveau de danger « un » (faible), le Service d’alerte de la Vallée d’Aoste signale un degré deux (limité) et  Météo France indique même en partie un niveau trois (marqué). Pourtant, les conditions météorologiques ont été sensiblement identiques tout au long de l’hiver sur les trois versants de ce massif frontalier.

La nature n’a pas de limites

Les montagnes ne s’arrêtent pas aux frontières administratives. Il en va de même pour la neige et les avalanches. Cependant, les bulletins d’avalanches dans les Alpes relèvent de 17 services distincts. Pour l’utilisateur, le premier défi est de trouver les bons sites internet. Comme les estimations du danger sont présentées différemment, chaque site demande une phase de familiarisation.

Normalisé, mais interprété subjectivement

Pyramide d’information : Le plus important arrive en premier lieu. (© EAWS)
Fig. 2 : Pyramide d’information : Le plus important arrive en premier lieu. (© EAWS)

Les services européens d’alerte sur les avalanches utilisent tous l’échelle européenne de danger d’avalanches. Mais l’échelle est appliquée avec une grande latitude d’interprétation. La pratique a montré des différences frappantes à maintes reprises. La rédaction des prévisions sur la base de la pyramide de l’information n’est pas harmonisée non plus. En définitive, l’adepte d’excursions hivernales est souvent confronté à des informations contradictoires alors que les conditions sont proches.

Une vision d’avenir

C’est pourquoi nous souhaitons une prévision d’avalanches plus cohérente, mieux harmonisée, aussi homogène et multilingue que possible, pour l’ensemble des Alpes, avec des représentations identiques, et pas de différences sérieuses dans l’utilisation des degrés de danger.
Et cela pourrait ressembler à ça :

Prévision d’avalanches du 14. mars 2019 pour tout l’arc alpin
Fig. 1 : Prévision d’avalanches du 14. mars 2019 pour tout l’arc alpin
  • Adaptation optimale des prévisions d’avalanches aux besoins des amateurs de sports de neige, car ils représentent la grande majorité des victimes d’avalanches.
  • Utilisation cohérente de l’échelle de danger. Un travail de Techel et coll. (2018) montre qu’il est nécessaire d’agir dans ce domaine, car les différents services d’alerte attribuent souvent des degrés de danger différents dans des situations similaires.
  • Utilisation homogène et complète de tous les éléments de la pyramide de l’information.
  • Multilinguisme : Au moins une langue locale plus l’anglais.
  • Même heure d’émission le soir (17 h) avec une mise à jour optionnelle le matin. Le bulletin du soir a prouvé sa valeur organisationnelle pour les amateurs de sports d’hiver.
  • Représentation uniforme sur une carte dynamique couvrant tout l’arc alpin.
  • Taille similaire des régions d’alerte et de prévision, qui peuvent ensuite être regroupées de manière flexible en région dangereuse (voir les grandes différences sur la carte de la Fig. 1).
  • Des processus similaires dans la génération de prévisions d’avalanches. Seuls des processus comparables peuvent conduire à des résultats comparables.

Si c’était facile, ce ne serait pas un défi.

Nous sommes très reconnaissants aux services d’alerte pour le travail méticuleux qu’ils font chaque jour. Nous sommes également conscients que d’énormes efforts ont été faits dans le passé pour un rapprochement entre les services et les pays. Nous savons également à quel point la coopération transfrontalière est difficile. Toutefois, nous pensons également qu’il y a encore un grand besoin d’agir.

L’exemple du Tyrol

Rien de tout cela n’est une illusion. C’est ce que montre le projet Euregio Avalanche Report au Tyrol (Autriche), au Tyrol du Sud et au Trentin (tous deux en Italie). Cette prévision commune du danger d’avalanches est publiée quotidiennement en trois langues et représente un grand pas en avant. La preuve que la coopération transfrontalière fonctionne – tant que tous les acteurs, des hommes politiques aux prévisionnistes, s’unissent.

D’où l’initiative pour une harmonisation des prévisions sur les avalanches à l’échelle des Alpes. Nous tenons à souligner combien il est important de travailler ensemble sur la prévision du danger d’avalanche, parce qu’une seule vie humaine ainsi sauvée vaudra davantage que toutes les ressources investies.

Si vous souhaitez vous joindre à nous, vous êtes invités à partager ou citer cet article.